site fiable viagra en ligne viagra generique sans ordonnance ou puis je acheter du viagra cialis sans ordonnance quel pays achat viagra en ligne forum pharmacie en ligne sans ordonnance cialis
Mai 222013
 

http://www.maxisciences.com/climato-sceptique/rechauffement-climatique-richard-muller-change-d-039-avis_art25985.html#

Un scientifique, ancien climato-sceptique, a déclaré que les activités humaines étaient à l’origine du réchauffement climatique, comme le confirme tous les récents résultats sur l’élévation des températures sur Terre.

C’est dans un journal américain que le Professeur Richard Muller a déclaré être un climato-sceptique repenti. Ce chercheur a mené le Berkeley Earth Project qui rassemblait 10 scientifiques (pour la plupart physiciens dont des sommités comme le prix Nobel de physique Saul Perlmutter) et qui a utilisé une nouvelle méthode et de nouvelles données pour confronter les théories avancées par les chercheurs qui dénoncent le changement climatique. Contrairement à ce que s’attendait à prouver le Pr Muller, les résultats confirment le réchauffement évoqué par les autres équipes scientifiques. L’étude, qui a été dévoilé hier, montre en effet que ces 250 dernières années, la température sur Terre s’est élevée de 1,5 °C (dont 0,9 °C ces derniers 50 ans).

Le Pr Muller va même plus loin, « les humains sont presque uniquement les seuls responsables », affirme-t-il désormais. Lui et son équipe indiquent que la correspondance entre les nouveaux enregistrements de température et les données historiques concernant les émissions de CO2 montrent que l’activité humaine est « la plus évidente explication » du réchauffement.

Le Pr Muller fait donc amende honorable en reconnaissant ses erreurs qui remontent à trois ans. S’il y a un an déjà il reconnaissait qu’il s’était trompé concernant le réchauffement climatique auquel il ne croyait pas, il est maintenant convaincu que ce réchauffement est causé par l’homme. La chose est d’autant plus intéressante que le Berkeley Earth Project a été en partie financée par des entreprises qui militent pour lutter contre l’affirmation selon laquelle le réchauffement climatique est dû à l’homme.

Toutefois, une des collaboratrices de l’étude, Judith Curry (de l’Institut de technologie de Géorgie) n’a pas souhaité être inclus dans les auteurs de l’étude. Elle estime que les analyses de l’étude sont simplistes et ne l’ont pas convaincue. Elle a également indiqué au New York Times avoir réexaminé le document final et avoir fait part de ses critiques.

Selon elle, ce nouveau rapport n’apporte rien de plus sur notre compréhension concernant le réchauffement climatique.