Oct 082018
 

Suite à d’importantes réflexions au sein du Réseau des initiatives de Transition, nous avons posé onze questions aux candidats se présentant aux prochaines élections communales à Ath. Si ces questions ont été envoyées à 4 membres de chaque parti, c’est à leurs têtes de liste que nous nous adressions. Nous avons reçu les réponses du MR, d’Ecolo, du PS, de LLA, de Défi et de la liste DM.

Le mouvement de la Transition étant indépendant de tous les partis politiques, notre démarche n’est nullement partisane. Nous publions les réponses sans les modifier ni même les commenter. Nous estimons que les citoyen·ne·s se feront leur propre idée. Notre but est d’orienter une partie du débat pré-électoral vers des sujets qui nous préoccupent (Préserver une région et une planète habitable pour nos enfants) et non pas de désigner un candidat ou une formation ayant notre préférence.

Pour plus de lisibilité, nous avions demandé de bien vouloir limiter les réponses à environ 500 caractères par question. Cette consigne n’a pas toujours été respectée (certaines réponses reçues font plus de 5000 caractères). Afin d’éviter un article beaucoup trop long qui ne serait que très peu lu, rendre hommage au travail détaillé effectué par certains candidats et de ne pas pénaliser les listes qui ont veillé à respecter la consigne de concision, nous avons finalement décidé d’afficher entre 600 et 700 caractères par réponse sur cet article et de mettre les réponses dans leur intégralité dans ce document (22 pages). Les réponses dont une partie se trouve dans le document et non sur cet article se terminent par ceci « (…) ».

Merci encore aux têtes de liste et à leurs équipes pour leur participation.

Pour Ath en Transition,

Nathalie Deridder et Josué Dusoulier

Les thématiques abordées dans notre questionnaire

  1. Citoyenneté
  2. Education
  3. Alimentation
  4. Agriculture
  5. Energie
  6. Changements climatiques à Ath (Réponse non reçue : Défi)
  7. Pollutions industrielles
  8. Mobilité
  9. Zéro déchets
  10. Marchés publics
  11. Accueil des réfugiés (Réponse non reçue : MR & DM)

Questions posées et réponses reçues

1°) Thématique citoyenneté

Comment, en tant qu’élu, envisagez-vous d’intégrer les citoyens dans certaines décisions en cours de mandature ? (consultations avec ou sans initiative citoyenne, interpellations, audit, budget participatif, etc …) Dans quels domaine de compétence communale envisagez-vous de le faire ?

  • En tant que libéraux, nous insistons sur les plus-values de l’initiative individuelle et de la liberté d’entreprendre. Nous souhaitons donc concrètement suivre d’autres voies que l’unique vision « on est élus, on décide seuls ».Nous sommes convaincus de l’intérêt et du rôle de nos nombreuses associations et nous souhaitons donc davantage les consulter.L’implication citoyenne passera aussi par la mise en place de nouveaux organes consultatifs pour tenir compte de publics cibles spécifiques (secteur du handicap, jeunes, commerces, etc). De cette manière, dès la rédaction des cahiers de charges, tous (…)

 

  • Nous soutiendrons le développement des comités de quartiers et des comités de citoyens et nous leur accorderons des budgets participatifs destinés à concrétiser des projets d’amélioration du cadre de vie. Nous encouragerons la mise sur pied d’un « Comité de vigilance » pour le suivi tant des décisions et projets pris par le Conseil Communal. Nous organiserons des consultations populaires au sujet les projets athois. Nous impliquerons la population dans des débats communaux (finances communales, budget…) en commençant par une meilleure information, notamment via les réseaux sociaux.

 

  • Installer des commissions citoyennes à vocation décisionnelle.Les dossiers liés aux besoins des Athois, déclinés par thématiques (enfants, jeunes, aînés…) seront soumis à la commission citoyenne correspondante qui l’analysera et rendra son avis au Conseil communal.Instaurer un budget participatif.Concrètement, le conseil des quartiers lancera un appel à projets. Ces projets pourront concerner des embellissements de quartiers, la création d’une plaine de jeu, d’un espace vert, d’un potager collectif ou encore l’organisation de sorties culturelles ou éducatives.Implémenter un Conseil communal de la nuit (…)

 

  • En tant que mouvement citoyen, la LLA veut resserrer les liens entre citoyens et élus, avant et surtout après les élections, dans toutes les compétences communales. Pour cela, nous avons 4 propositions :
    • création d’une plateforme citoyenne accessible à tous et financée par la Ville (ex : www.citizenlab.co)
    • création d’une plateforme s’adressant spécifiquement aux jeunes, entièrement gérée par les jeunes, avec un budget participatif de la Ville
    • création de conseils de villages et de quartiers
    • mise à disposition de locaux communaux pour l’organisation de réunions citoyennes.

 

  • L’instauration dans notre commune d’un code de participation citoyenne qui formalisera les procédures d’initiatives et d’association des citoyens soumises à la décision de l’autorité publique pour des projets qui concernent le cadre de vie, l’environnement, l’urbanisme, l’aménagement de l’espace public…Pour tous les projets du collège échevinal ou du conseil communal, les citoyens devront en être informés systématiquement et auront la possibilité d’émettre leurs avis sous forme d’observations.Ainsi concrètement, en prenant l’exemple d’un réaménagement urbain : tous les citoyens recensés dans (…)

 

  • Créer des comités de quartier afin de consulter les citoyens.

 

 

2°) Thématique éducation

Comment, en tant qu’élu, pensez-vous sensibiliser, dès le plus jeune âge, les écoliers, étudiants, personnes en formation mais également le grand public dans des matières telles que les économies d’énergies, la diminution de la surconsommation, l’alimentation saine pour l’homme et son environnement, favoriser la transmission des savoirs, développer les valeurs de coopération, etc… ?

  • En termes d’économies d’énergie, de diminution de la surconsommation ou de promotion d’une alimentation saine,  notre CPAS a mis en avant de bonnes pratiques sous la précédente mandature qu’il convient de poursuivre (l’engagement d’un « tuteur énergie », le renforcement du « groupe d’appui », l’organisation de la « Journée Energie », la mise en place progressive de l’éclairage LED, des campagnes d’information sur le respect, la nourriture saine, la lutte contre le gaspillage alimentaire, etc.). Des projets «énergie » ont aussi été décidés par le Collège (remplacement de chaudières et boiler en (…)

 

  • Nous soutiendrons des actions de sensibilisation et d’éducation autour de l’alimentation durable et de qualité ainsi que les activités favorisant l’apprentissage du goût et de la diversité alimentaire. Les campagnes de sensibilisation aux déchets seront poursuivies et intensifiées dans le cadre scolaire (le coût sera intégré dans le coût-vérité des déchets). La journée énergie du CPAS sera poursuivie.

 

  • Intégrer la préparation au monde de demain dans le cadre scolaire, en abordant les thèmes tels que les changements climatiques.Associer l’enseignement fondamental aux activités culturelles (musique, dessin, théâtre, …) et sportives qui s’organisent à Ath afin de permettre à tous les enfants de profiter des activités éducatives utiles à leur développement.Planter des vergers et des arbres fruitiers en ville en collaboration avec les écoles communales pour contribuer à la régulation des sécheresses et fournir des fruits dans une optique de circuits courts.

 

  • La LLA veut d’avantage informer les citoyens sur les défis sociétaux. Pour cela, elle veut améliorer le site de la ville www.ath.be afin de présenter une information claire sur l’importance d’agir tous ensemble, en soutenant activement les associations existantes dans leurs projets.La LLA veut créer un atelier sur l’écologie et les bonnes pratiques pour conscientiser les enfants des écoles primaires à l’écologie et la nourriture saine et locale.Sensibiliser c’est également se rendre compte de la beauté des espaces verts dont on dispose. Pour cela, nous voulons mettre en valeur nos réserves naturelles.

 

  • Le développement des cantines durables en promouvant une alimentation équilibrée, des fruits et légumes de saison, des produits bio et locaux, l’utilisation de produits d’entretien respectueux de l’environnement.

 

 

  • Mise en contact des jeunes avec des professionnels pour les initier à leur métier.
    Avantages pour les entreprises formant des stagiaires.

 

 

3°) Thématique alimentation

Comment, en tant qu’élu, pensez-vous soutenir les producteurs locaux, professionnels ou amateurs et les circuits courts de distribution de leurs produits ? (exonération ou réduction des frais de marché, promotion, information, listing, soutien aux groupements d’achat, jardins partagés, potagers collectifs, repas collectifs, cantines scolaires, homes, etc…)

  • Doter la Belgique d’une économie plus prospère et plus riche d’emplois est le crédo de nos représentants fédéraux, le gouvernement wallon fait de même au niveau régional et nous souhaitons avoir la même ligne au niveau local dans l’esprit de « Manger ce que l’on connaît et faire vivre ceux que l’on connaît ».Dans ce cadre, le soutien aux producteurs locaux passera inévitablement par un meilleur accompagnement de leur esprit d’entreprise et par une attention à ce que l’argent public investi au niveau local participe au développement de l’activité économique locale (circuit court et économie circulaire). Notre projet de participation à la campagne wallonne « cantine durable » (…)

 

  • Nous privilégierons dans les cantines scolaires, crèches, maisons de repos les circuits courts et les fruits et légumes de saison. Nous donnerons progressivement la priorité au bio, nous refuserons les OGM. Nous sensibiliserons les écoles des différents réseaux scolaires afin de proposer des repas de qualité (marché commun avec la commune et mise à disposition du cahier de charge, formations du personnel des cuisines…). La commune soutiendra les expériences de potager collectif en mettant en contact les personnes intéressées, par exemple, en permettant un échange entre ceux qui cherchent un terrain et ceux qui cherchent à mettre à disposition un terrain ou leur jardin.

 

  • Donner la possibilité aux habitants de gérer un espace potager collectif en organisant des animations participatives pour les plus jeunes comme pour les plus âgés.Garantir et promouvoir les circuits courts, pour les marchés publics alimentaires et renforcer le lien entre les agriculteurs, le CPAS et les associations d’aide alimentaire.Renforcer le développement des circuits courts du producteur au consommateur à travers des actions de communication ainsi qu’aider les groupements d’achats via la communication et le site web de la Ville.

 

  • développer le secteur de la transformation (exemple de l’Abattoir communal) ; développer les circuits courts ; implantation d’une moyenne surface à Ghislenghien avec poissonnerie et ateliers de produits locaux ; création d’une application mobile informant sur les produits de la ferme ; poursuivre les initiatives existantes telles que ‘Chaleur au Cœur’ qui propose des repas à faible prix préparés par les cuisines scolaires et distribuées dans des lieux de rencontre ; préserver les cantines scolaires ; encourager les initiatives de partage au niveau des quartiers (potagers collectifs, échanges de services & matériel…)

 

  • Limitation des changements, encouragement à la création de coopératives et au suivi de circuits courts, encouragement à la diversification pour les agriculteurs et une réflexion doit se faire quant à l’amélioration des techniques agricoles pour une agriculture plus propre.L’acquisition par la commune, dans la mesure des moyens budgétaires disponibles, de cellules commerciales vides dans les centres-villes afin de les proposer, à un tarif avantageux, à de jeunes commerçants débutants.La préservation des petits commerces est une de nos priorités. Les centres commerciaux et leurs grandes enseignes n’ont pas leur place en centre-ville ou dans nos villages. (…)

 

  • Réduction des frais de marché pour les producteurs locaux.
    Création d’une boutique de revente de produits locaux à prix d’achat et de vente convenu avec les producteurs.
    Mise a disposition et échanges du matériel communal/agriculteur,…

 

4°) Thématique agriculture

Comment, en tant qu’élu, pensez-vous aider les agriculteurs à se dégager de l’emprise qu’a l’agro-industrie dans leurs pratiques quotidiennes afin d’atteindre une plus grande autonomie alimentaire sur le plan local et régional (taille des parcelles, diversification des productions, réorientation vers l’alimentation humaine, diminution voire suppression des intrants chimiques, soutien à l’accès à la terre, coopératives de producteurs et de consommateurs, etc…) ? Et comment pensez-vous empêcher la disparition des terres agricoles au profit d’autres usages ?

  • Nous déplorons que certains agriculteurs ne puissent plus, par pression économique notamment, exercer leur métier avec passion et goût pour le travail de la terre et/ou l’amour de leurs bêtes.Nous constatons néanmoins que Ath, capitale du pays vert, a jusqu’à présent pu conserver et favoriser l’artisanat local (nombreuses fermières se sont spécialisées dans la production de produits laitiers de qualité, plusieurs agriculteurs se sont spécialisés dans la vente directe de légumes, fruits ou viande). La conjoncture n’a donc pas encore pu contenir l’esprit d’initiative et d’entreprise de nos agriculteurs. (…)

 

  • Nous soutiendrons un marché local et/ou biologique des producteurs et artisans locaux en cherchant à renforcer la Coopérathive. Nous valoriserons les productions locales de qualité et l’alimentation durable en associant les producteurs, les artisans, le secteur Horeca et les acteurs locaux (Office du Tourisme). En nous appuyant sur le projet FoodWapi (Ideta), nous soutiendrons le renforcement des filières allant de la production à la vente en passant par la transformation. Nous chercherons à libérer des terres appartenant au pouvoir communal, provincial ou régional pour la production et la consommation locales. Un conseil de la politique alimentaire athoise pourrait être créé pour conseiller la ville.

 

  • Apporter de la valeur ajoutée aux produits agricoles est un enjeu créatif d’emploi pour des produits manufacturés.Limiter l’expansion urbaine et la construction de logements de standing afin de refréner l’augmentation du prix de l’immobilier et de permettre ainsi aux jeunes athois de trouver un logement dans leur région pour se lancer dans la vie ainsi qu’aux agriculteurs de garder leur terre.Adapter les pratiques agricoles pour que les sols se régénèrent et stockent davantage de CO2 ;Proposer des produits locaux dans les cantines communales afin de contribuer tant à la santé des enfants qu’à la promotion des circuits-courts bénéfiques à nos producteurs.Promouvoir les deux organisations phares de l’élevage belge ; l’élevage bovin du Pays Vert, renommé depuis plus d’un siècle et le Concours-foire et Ath By Night.

 

L’agriculture et la ruralité font partie de l’identité et de l’économie athoise. La LLA veut :

– préserver les terres destinées à l’agriculture dans l’aménagement du territoire

– mettre à disposition de jeunes agriculteurs ou étudiants en agriculture des terres agricoles pour tester de nouvelles variétés, de nouvelles cultures (ferme pilote et Centre d’Essais Horticoles d’Ormeignies)

– soutenir les différents types d’agriculture avec les chaines de transformation

– créer une plateforme de vacances rurales pour aider les petites exploitations agricoles, durant les journées blanches scolaires

 

  • Encouragement à la diversification pour les agriculteurs et une réflexion doit se faire quant à l’amélioration des techniques agricoles pour une agriculture plus propre.Incitation grâce aux aides possibles avec la région à un passage à l’agriculture éco-responsable et bio.Limitation des changements de statuts des terres agricoles en terres constructibles.

 

  • Réduction des frais de marché pour les producteurs locaux.
    Création d’une boutique de revente de produits locaux à prix d’achat et de vente convenu avec les producteurs.
    Mise a disposition et échanges du matériel communal/agriculteur,…

 

5°) Thématique énergie

Comment, en tant qu’élu, pensez-vous réduire la dépendance de la Commune et de ses habitants aux ressources énergétiques non renouvelables (production locale (photovoltaïque, hydraulique, éolien, biomasse,…), isolation des bâtiments (administration, écoles, habitations sociales etc.), achat de véhicules dits propres, nouvelles formes de transports en commun, etc… ?

  • Nous souhaitons :- soutenir des initiatives de biométhanisation et biomasse pour la génération de chaleur afin de transformer les restes et taille de végétaux en énergie calorifique- poursuivre l’installation de panneaux photovoltaïques sur les bâtiments publics : CEVA, CPAS, etc. ;- poursuivre la participation de nos écoles communales au concours intrascolaire pour les énergies renouvelables de la confédération intrascolaire du Hainaut ;- poursuivre les objectifs de la Convention des Maires pour une énergie locale et durable et en les monitorant au sein de la cellule développement durable ;- continuer à dynamiser la politique de l’isolation (…)

 

  • Nous respecterons les objectifs de la « Convention des Maires » de réduction des gaz à effet de serre au niveau communal. Nous poursuivrons les investissements économiseurs d’énergie (isolation, éclairage…) dans les bâtiments communaux et dans ceux du CPAS. Nous réunirons les acteurs publics et économiques autour de la conception et de la réalisation d’un programme d’isolation des maisons les plus anciennes sur le territoire communal. Nous créerons des sociétés énergétiques locales pour réaliser les investissements dans la transition de type « coopérative de la transition » (demandeurs, investisseurs, bénéficiaires). Notre commune équipera ses maisons de repos de chauffe-eaux solaires et les écoles communales de citernes d’eau de pluie pour les toilettes.

 

  • Achever le cadastre énergétique des bâtiments publics et continuer les efforts entrepris en matière d’économies d’énergie. Nous voulons pour cela poursuivre l’effort visant à faire des infrastructures communales des infrastructures « basse énergie » (panneaux solaires, remplacement de chaudières, isolation, éclairage LED).Promouvoir la journée de l’énergie organisée par le CPAS.Faire passer un bilan carbone aux particuliers et entreprises et suivre ces bilans de recommandations et d’actions individuelles et collectives, accompagnées par des comités de quartier.Diminuer le thermostat de quelques degrés en hiver.

 

  • Accélérer le programme d’isolation des bâtiments publics et les écoles et de placement de panneaux solairescontinuer le remplacement des matériaux les plus polluantsacquérir des véhicules propres utilisant des énergies renouvelablesLocation de deux mini-bus électriques pour les déplacements entre ville et villages durant les heures de pointeDéveloppement de transports alternatifs tels que décrits dans le point mobilitéInformer la population des défis environnementaux et comment ils peuvent participer activement via une page dédiée sur le site de la ville www.ath.be, en association avec les associations de terrain

 

  • Le gel de l’expansion urbanistique anarchique tant en zone urbaine que rurale afin de privilégier la préservation des espaces verts et des zones vertes, boisées ou cultivées.La généralisation des mécanismes incitatifs pour le tri et la réduction des déchets à l’échelle de notre commune (exemple : véritable promotion des composts, poulaillers, potagers collectifs …)La mise en place d’un réseau de cendriers publics, de poubelles publiques sécurisées, à puces pour optimiser les ramassages et éviter les poubelles pleines dans l’espace public.L’augmentation du montant des amendes administratives afin de permettre aux fonctionnaires-sanctionneurs d’imposer aux auteurs d’incivilités (…)

 

  • Rendre la flotte communal plus verte
    Favoriser les énergies renouvelables au sein de l’administration.

 

 

 

 

6°) Thématique « s’adapter aux changements climatiques, à Ath aussi »

Notre commune a connu cet été des sécheresses qui ont eu de multiples impacts (santé, rendements agricoles, économie,…). Compte tenu que cet « avertissement » préfigure ce que pourrait être la vie à Ath suite aux changements climatiques, et que ceux-ci pourraient rendre notre belle région inhabitable d’ici la fin du siècle, êtes vous prêts à vous comporter en héros politique et avoir le courage d’engager fermement la Commune, la société civile et le monde économique dans un plan d’action suffisamment radical, rapide et inclusif (justice sociale) dans lequel toutes les composantes collaborent avec comme priorité l’adaptation aux changements climatiques pour préserver notre région au afin que les générations futures d’athois·e·s puissent continuer à être fiers de notre belle région ? (Cf : Message d’un scientifique au Climax festival 2018 et #UrgenceEnvironnement)

  • Nous nous engageons à une approche cohérente responsable et efficace de la gestion de la commune en gardant à l’esprit une approche simultanée du DD  sur les 3 aspects qu’il couvre. Nous ne souhaitons nous impliquer dans de grandes intentions qui n’ont aucun lendemain

 

 

  • Oui, nous nous engageons au respect des objectifs de la convention des maires pour l’énergie et le climat. Et donc d’abord dans la lutte contre le dérèglement climatique. Notre groupe a déposé le point sur l’adhésion d’Ath à la convention des Maires en 2015. Nous sommes convaincus que si les grandes décisions se prennent au niveau européen, c’est dans la commune que nous pouvons mettre en œuvre une grande partie des mesures de limitation de gaz à effet de serre. Au-delà, les mesures d’adaptation doivent être prises pour limiter les effets que nous connaissons déjà, notamment par la végétalisation (versus minéralisation) des espaces publics.

 

  • Notre Parti est sensible, curieux et surtout motivé par la protection de notre environnement et veut fermement changer nos habitudes pour un avenir meilleur !  Vous l’avez lu : Développer les circuits courts et l’économie locale, en favorisant le maintien et l’implantation de producteurs et de commerces locaux et durables ; Adapter les pratiques agricoles pour que les sols se régénèrent et stockent davantage de CO2 ; Implanter des cantines durables dans les écoles et autres institutions collectives ; Planter des vergers, des arbres fruitiers en ville et une forêt en bordure de la ville (pour réguler les sécheresses et fournir de la nourriture) ; Préserver (…)

 

  • Les changements climatiques sont indéniables et la pollution en est le principal facteur. Par contre, la formulation de votre question ressemble plus à une opinion (de plus, vous nous demandez de répondre en 500 caractères à une question qui en fait 813).Non, nous ne pensons pas qu’Ath sera « inhabitable d’ici la fin du siècle ». Nous ne croyons pas non-plus au concept du « super héros » qui va tous nous sauver. Selon nous, c’est tous ensemble que nous arriverons à changer notre mode de production et de consommation. Notre modèle d’économie de marché devra évoluer vers une économie socialement responsable où développement économique et environnement seront en équilibre, ici et ailleurs. (…)

 

  • Pas de réponse reçue pour cette question

 

 

 

  • Ateliers didactiques, initiation,…

 

 

 

 

7°) Thématique « pollutions industrielles »

Vu la présence d’ industries chimiques en centre-ville, comment, en tant qu’élu, pensez-vous limiter les risques et pollutions résultant de ces activités (normes, contrôles,…) ? Et comment comptez-vous rencontrer ces préoccupations pour les autres sites (zonings,…) ?

  • Défendre une politique d’information transparente des résultats des mesures des pollutions de l’air, de l’eau et des sols via les organismes adhoc et faire procéder à des mesures en cas de suspicion de pollution ;Tirer les leçons du dossier « plomb » en exigeant davantage de transparence, l’assurance d’une gestion des risques optimale et un suivi détaillé et régulier des indicateurs en termes d’impact sur la santé et sur l’environnement des Athois et des riverains ainsi que des mesures prises par les autorités régionale et fédérale compétentes ; entendre la population et l’informer exhaustivement en dehors du comité des riverains,Initier des poursuites systématiques (…)

 

  • Le maintien de ces industries au centre-ville nécessite le strict respect de hauts standards de qualité environnementale et sanitaire et un partage d’informations entre entreprises, pouvoirs publics et habitants. Nous soutiendrons la poursuite du comité d’accompagnement, composé notamment de riverains, et serons attentifs à ce qu’il soit doté de moyens qui lui permettront de suivre et de donner des avis en toute connaissance de cause. Nous veillerons à ce que ses recommandations soient mises en œuvre. Nous lancerons un projet pilote de suivi des odeurs au centre-ville par les habitants et par le personnel des entreprises, sur le modèle de ce qui se fait en France (…)

 

  • Etablir en priorité un accord de gestion pour cerner clairement les problèmes liés à cette entreprise et les objectifs à court et à long terme déterminant les orientations futures.La Ville, en collaboration avec la Région wallonne doivent être partie prenante dans le suivi et la diffusion des informations et le tout en parfaite transparence.Mener une réflexion et des actions pour protéger la santé de tous, tout en préservant l’emploi.La Ville n’a pas vocation à promouvoir le développement industriel en son centre historique, mais les accords du passé doivent être respecté et évoluer pour le bien de tous (riverains et travailleurs) en concertation avec les habitants et les personnes directement concernées par le sujet!

 

  • En ce qui concerne Flaurea Chemicals, LLA s’oppose fermement à la réactivation de la chaine du plomb. LLA s’engage à solliciter de la Région Wallonne l’installation des capteurs d’air, d’eau et de sol complémentaires autour de l’hôpital, des certaines écoles et de l’habitat à proximité des zones à risque. Les captations préventives et régulières devront être communiquées rapidement et publiquement. LLA demande à la Commission de Suivi d’étendre sa composition à des médecins, des toxicologues, des représentants industriels ainsi que d’autres spécialistes.

 

  • Nous sommes conscients des risques sanitaires, environnementaux, économiques et immobiliers pesant sur la Cité et ses Habitants en raison de la présence au centre-ville de deux usines SEVESO. Nous souhaitons travailler avec la région wallonne pour conserver voire abaisser les normes de pollution et obliger les usines à rester sous ce seul. La sécurité de nos concitoyens passe avant la raison économique. Nous nous engageons à faire le nécessaire auprès des entités fédérées pour obtenir les moyens d’interventions adéquats en cas d’incident, pour le contrôle de la qualité de l’air. Quant aux Zonings il est important des gérer l’expansion de ceux-ci et d’instaurer un suivi

 

  • Publication des rapports d’inspection des entreprises a risques.

 

 

8°) Thématique mobilité

Comment, en tant qu’élu, pensez-vous mettre en place des actions concrètes (et lesquelles) visant à promouvoir une mobilité supportable pour tous et l’environnement (parkings de délestage desservis par des navettes publiques, hub de livraison pour les marchandises transportées par la route (réduction du trafic poids lourd), réhabilitation de chemins et sentiers dédiés à la mobilité douce, parcours thématiques (tourisme) et pratiques (raccourcis sécurisé et sécurisants), système local de co-voiturage, véhicules et vélos partagés ?

  • Sous la mandature actuelle, une cellule mobilité a été mise en place grâce à la présidence de la commission thématique par le MR . Celle-ci  a généré un plan de mobilité douce en concertation avec le Gracq notamment qui est une base de travail solide pour l’avenir, des travaux de sécurisation en faveur des usagers faibles ont aussi été entrepris à différents endroits de la ville ou de village.Dans l’esprit libéral, la liberté de mouvement et de déplacement de chacun est essentielle. Aussi, tenons-nous à ce que chacun fasse le choix d’une mobilité durable et responsable en toute liberté. Notre rôle n’est pas d’imposer un mode de déplacement, mais bien d’informer, de répondre aux problèmes (…)

 

  • Nous aménagerons les faubourgs et le centre-ville pour en réduire le trafic (convivialité, plus de sécurité, moins de pollution, plus de fréquentation des commerces, agréable de s’y promener, « piétonisation » …).Nous étudierons la faisabilité de navettes de bus complémentaires aux services proposés (un « Athbus » pour rejoindre les services communaux, le marché, les commerces, les services…) à partir des villages proches du centre, des faubourgs et des parkings extérieurs.Nous renforcerons l’aspect « pôle multimodal » de la gare afin d’assurer la complémentarité du train avec d’autres modes de déplacement. (…)

 

  • Améliorer et sécuriser la circulation dans l’ensemble de la Ville. Rechercher des solutions structurelles pour aménager les voiries accidentogènes.Renforcer la mobilité en reliant les villages, les faubourgs et les nouveaux quartiers et maintenir la gratuité du parking pour les navetteurs.Implémenter sur le site internet de la Ville une plate-forme de covoiturage disponible toute l’année.Favoriser la création d’une station de taxis au départ de la gare d’Ath.Porter une attention particulière aux pistes cyclables et à la mobilité douce en général pour soutenir et développer ce moyen de déplacement.Placer des gardiens de la paix à l’entrée et la sortie du tunnel de la gare (…)

 

  • Les propositions de la LLA sont trop nombreuses pour les détailler en 500 caractères. Pour plus de détail, merci de vous référer au programme de LLA.Transports en commun : mini-bus électriques durant les heures de pointe, service de transport (avec app. mobile) reliant les villages à Ath et aux parcs économiques (durant horaires/endroits desservis par les TEC)Voiture : service de voitures partagées, création de plateformes réservées et sécurisées pour le covoiturage. Dans notre programme, vous trouverez nos propositions pour réduire le trafic sur, p. ex., la Chaussée de MonsCyclistes : installation de points de vélos partagés et de ruches à vélo (…)

 

  • Le développement sur le territoire de la commune des différents modes de déplacement alternatifs (covoiturage, système de vélos partagés…) et encourager les citoyens à les utiliser, car ils réduisent l’emprise sur l’espace public
    Le développement d’un plan communal cycliste, qui passe notamment par l’aménagement de pistes cyclables. Nous devons utiliser les outils qui ont été créés dans le cadre du plan Wallonie cyclable. En effet, l’utilisation du vélo est avantageuse à plus d’un titre : la santé, le mode de déplacement propre et silencieux, le désengorgement des voiries. Nous devons créer un véritable esprit cycliste de sorte que se déplacer à vélo devienne un véritable plaisir. (…)

 

  • Service de vélos, scooters (style velib)
    Parcours découverte de la ville (touristique et historique)
    Navette dans le centre-ville.

 

9°) Thématique « Zéro déchets »

Comment, en tant qu’élu, pensez-vous intégrer le concept de zéro-déchets dans l’administration communale et les activités (festives, sportives, culturelles ou autres) que la Commune organise ou promeut ?

  • Notre ville a rejoint cette année le réseau des Communes Zéro-Déchet. Et le MR compte bien faire en sorte qu’elle relève haut la main le défi de descendre sous la barre des 100 kilos de déchets ménagers et assimilés/an/habitant à l’horizon 2025.A cette fin, nous envisageons d’agir sur 4 axes : inventorier les pratiques et planifier nos actions, agir sur la production de déchets et l’élimination des déchets, contrôler la réussite du plan d’actions par des indicateurs, prendre des mesures d’ajustement le cas échéant.Du reste, nous reprenons ici nos propositions qui entrent dans le cadre fixé par votre question (administration et activités communales), mais nous envisageons d’agir également (…)

 

  • Nous soutiendrons l’Objectif Zéro Déchet pour les particuliers, les structures collectives, les services communaux et le CPAS. Nous mènerons des actions de prévention des déchets, de lutte contre les excédents alimentaires et de sensibilisation à l’éco-consommation dans les écoles, les magasins et les lieux publics communaux (réduction des déchets, notamment par la promotion des gobelets recyclables lors des festivités), compostage à domicile, composts collectifs gérés par la Commune ou par des citoyens, relancer régulièrement des campagnes anti pubs et taxer les toutes-boites.

 

  • Imposer une charte zéro déchet à chaque fois que la commune donnera son accord pour l’organisation de chaque événement accompagné d’un fascicule complet proposant des alternatives pour le zéro déchet. (Tri des déchets, du savon dur plutôt que le gel moussant dans les WC ; favoriser les tasses, cuillère, sacs, réutilisables plutôt qu’en plastique)Préserver l’environnement par un accompagnement des ménages et des entreprises vers une diminution de la production de déchets et donc vers des achats responsables.Instaurer un programme communal centralisé de gestion des plaintes en matière environnementale pour assurer un suivi rapide des demandes des habitants.

 

  • Notre plan d’action zéro-déchet est structuré de la façon suivante :- Identifier les postes produisant des déchets- S’informer des réussites des villes et entreprises ayant atteint le zéro-déchet, afin
    d’analyser leurs actions, déterminer celles qui sont transposables ou non, en les améliorant encore le cas échéant.- Identifier et appliquer des solutions rapides là où c’est possible- Mettre en place un plan d’action à moyen et long terme- Intégrer dans les appels d’offre des exigences quant aux matériaux plus durables- Informer les citoyens des initiatives communales et les inciter à suivre l’exemple- Participer à la création d’un label international « zéro déchet »

 

  • La généralisation des mécanismes incitatifs pour le tri et la réduction des déchets à l’échelle de notre commune (exemple : véritable promotion des composts, poulaillers, potagers collectifs …)La mise en place d’un réseau de cendriers publics, de poubelles publiques sécurisées, à puces pour optimiser les ramassages et éviter les poubelles pleines dans l’espace public.

 

  • Utilisation de gobelets réutilisables et cautionné pour les évènements.
    Éviter un maximum les impressions au profit du transfert numérique ou utilisation de papier recyclé.

 

 

10°) Thématique marchés publics

Comment, en tant qu’élu, pensez-vous intégrer des clauses relatives aux thématiques présentées ci-dessus dans les appels d’offre de marchés publics (fournitures de biens et services, travaux, achats, etc…) ?

  • Nous respecterons la législation et les opportunités qu’elle nous laisse pour introduire des clauses sociales, environnementales ou des scissions par lot.

 

 

  • Lors de la rédaction des cahiers de charges, nous veillerons à insérer des clauses sociales, environnementales et contre le dumping social pour tous les marchés qu’ils soient de service (y compris financiers) ou de travaux. Nous serons attentifs à éviter les banques qui ne s’engagent pas dans la lutte contre la fraude fiscale et le blanchiment d’argent, ou qui investissent dans les énergies fossiles. Nous investirons dans des projets citoyens et solidaires sur notre territoire. Nous favoriserons le recours aux entrepreneurs locaux privilégiant l’économie sociale.

 

  • Imposer dans les appels d’offre :une réduction des émissions de gaz à effet de serre ou d’autres émissions polluantes;une réduction de consommation d’énergie et une préférence pour les énergies renouvelables;l’intégration de matériaux ou de biens recyclés, dans une logique d’économie circulaire.

 

  • Des exigences quant aux matériaux plus durables seront intégrées dans les appels d’offre de la Ville. Cela réduira les déchets, assurera des matériaux de meilleure qualité, donc plus efficaces et ergonomiques. Nous sommes conscients que ces propositions auront un impact sur le budget à court terme mais ils sont moins chers à moyen terme, grâce à des amortissements sur une durée beaucoup plus longue.Toutes les propositions présentées par LLA passeront obligatoirement par des appels d’offres, comme la loi le prescrit. Autant que le cadre de la loi le permet, les entreprises locales seront privilégiées.

 

  • Nous souhaitons un strict respect de la législation en termes de marchés publics

 

 

  • Favoriser l’engagement d’entreprises vertes et favoriser les énergies renouvelables.

 

 

11°) Thématique « accueil des réfugiés »

Notre commune ayant voté la motion contre les visites domiciliaires, comment, en tant qu’élu, pensez-vous soutenir et développer l’accueil des migrants et réfugiés afin que, conformément à la loi, leur dignité soit respectée ?

  • Pas de réponse reçue pour cette question.

 

 

  • Nous accueillerons les réfugiés dans la dignité, la tolérance, le respect de chacun dans le cadre du respect de la loi. Nous inclurons les initiatives citoyennes qui veulent s’y impliquer favorisant ainsi les rencontres entre les personnes de cultures différentes et la cohabitation. Nous veillerons à former des assistants sociaux et administratifs à l’interculturalité.Nous organiserons et médiatiserons des initiatives d’échange, de rencontre, visant l’intérêt général, afin de casser les clichés et de montrer leurs apports positifs. Nous accompagnerons les enfants afin de permettre leur intégration parmi les autres élèves et, par ce biais, favoriser le vivre ensemble et la solidarité (…)

 

  • D’abord, il est important et évident que mettre en avant et défendre les associations citoyennes qui sont déjà actives dans l’aide et l’accompagnement des migrants est une évidence !Soutenir les actions du CPAS.Développer des actions solidaires et de terrainsOrganiser des rencontres multi culturelles dans le respect de toutes et tous.Etre sensible à la problématique des migrants et en informant et sensibilisant les citoyens.Faire de notre Ville, une ville solidaire ! Organiser des repas solidaires, etc.

 

  • LLA n’utilise pas la langue de bois : les visites domiciliaires ne sont rien d’autre que des perquisitions de domicile privé. Nous nous opposons fermement à la criminalisation de citoyens qui font preuve d’humanité en accueillant des personnes en détresse. Aider des personnes persécutées fait partie des valeurs sur lesquelles notre démocratie européenne est fondée depuis les horreurs de la seconde guerre mondiale. LLA propose un « kit » d’information pratique pour aider à l’insertion. Nous voulons également mettre en place un réseau de personnes référentes ainsi que des cours de langue française pour étrangers.

 

  • Le CPAS dispose de logements d’urgence mis à la disposition de toutes personnes en situation précaire mais les réfugiés logés dans ces logements doivent se « mettre en ordre » avec la loi pour pouvoir continuer à bénéficier dudit logement, nous pensons également que la création d’un guichet social serait un bienfait non négligeable. Avec comme vision à 20 ans d’une parfaite autonomie de la commune.

 

  • Pas de réponse reçue pour cette question.

 

 

Découvrez ici dans leur intégralité les réponses qui étaient trop longues pour figurer dans cet article : Questionnaire transition – réponses des candidats aux élections communales 2018

  Une réponse sur “Elections communales à Ath : nos questions aux candidats ainsi que leurs réponses”

  1. BRAVO pour cette excellente initiative et pour la clarté des retours des candidats et partis! merci!

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(required)

(required)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.